Audition programmatique #1 : Les forêts à Besançon

Audition programmatique de Sylvestre Soulié, forestier

Mercredi 20 novembre, deux signataires de l’appel Besançon verte et solidaire, Claire Arnoux et Carol-Anne Lambert ont auditionné Sylvestre Soulié, forestier, membre de SOS forêt Franche-Comté et syndicaliste au Snupfen Solidaires.

Sur les 6 505 ha de la commune de Besançon, la forêt occupe une part importante, avec 2035 ha de forêts, soit environ 30 % du territoire bisontin. Bien sûr la forêt de Chailluz, mais aussi les espaces forestiers des collines de Besançon. A cela, il faut ajouter 150 ha d’espaces classés naturels.

Les ZNIEFF – zone naturelle d’intérêt écologique, faunistique et floristique de Besançon regroupent ces forêts ou d’autres espaces naturels :

  • La forêt de Chailluz et falaise de la Dame blanche
  • La colline de Chaudanne
  • La colline de Rosemont
  • La colline de Planoise
  • Le désert et coteaux de Bregille
  • Les côtes du Doubs aux environs de Besançon
  • Les corniches de la Citadelle
  • Et le site classé type 2, qui traverse plusieurs commune de la moyenne vallée du Doubs

On peut aussi rajouter à cette liste le bois d’Aglans, sur la commune de La Vèze.
On compte aussi 200 ha de parcs et/ou de jardins (jardins partagés, jardins familiaux et ruraux)

À ces espaces verts « classés », on rajoutera aussi les zones non encore urbanisées, et qu’on souhaite préserver. Notamment les zones classes AU (zone à urbaniser) dans le PLU, dont les giga-projets des Vaîtes et des Planches. On peut aussi rajouter à cette liste le grand projet d’infrastructure porté par la DREAL de doublement de la RN57.

De cette audition programmatique, sont ressorties quelques mesures fortes :

  • l’arrêt total de toutes les coupes à blanc dans les espaces forestiers et boisés à Besançon (sauf exception à la marge, de moins d’1/2 ha pour faire des boisements d’expérimentation)
  • l’observation des arbres malades plutôt que de faire systématiquement des coupes préventives. Ce, pour sélectionner les arbres résilients, en récupérer les graines et permettre un reboisement adapté au réchauffement climatique.
  • le fait de garder des arbres morts sur pied pour leur rôle dans l’écosystème : couverture du sol, abri pour insectes, oiseaux, chauves-souris
  • le développement d’un réseau d’observateurs citoyens sur arbres : développer et communiquer sur FREDON, Tela Botanica, sTREEts, …
  • la fin de la gestion des forêts en futaies régulières pour une forêt plus durable et plus résiliente au changement climatique
  • la création de pépinières d’expérimentation dans les écoles, notamment dans le cadre de Classes Horaires Aménagés Nature, (conçues sur le modèle des Classes à Horaires Aménagés Musique associant écoles et conservatoire…)

La discussion s’est ensuite poursuivie avec Jean-Marie Vielle, professionnel de l’entretien des arbres et espaces verts.

Suite de la discussion avec Jean-Marie Vielle…

1 réflexion au sujet de “Audition programmatique #1 : Les forêts à Besançon”

  1. Bonjour quelques infos, pour éclaircir la situation sur ce qui a été dit
    – il pleut autant au final mais de manière moins fréquente, quand il pleut c’est en plus grande quantité sur un sol sec, il y’a un léger effet d’evapotranspiration du sol plus intense
    Lié à Besançon
    – La chaufferie bois de planoise s’alimente avec du bois à 100 km aux alentours, les forêts en Franche comté sont gérés de manière plus durable qu’ailleurs. Même si il reste des efforts à pratiquer. Et que le bois n’est pas l’énergie la plus durable à travers le monde. Et qu’il vaudrait parfois mieux valoriser certains arbres en menuiserie comme cela à été dit ou les laisser sur place mourir afin d’apporter un habitat à d’autres, puis de l’humus au sol. l’arbre est un écosystème en soi.
    – À Besançon dans le cadre du projet j’agis pour ma planète : beaucoup d’école maternelle et primaire ont développés des jardins pédagogique en 2017, 2018 et au printemps 2019.
    – En ce moment même des classes horaires sont expérimentés sur la forêt et la Biodiversité. Animer par la Petite école : Bientôt en audition programmatique afin de diffuser cette pratique qu’il ne faut que répandre.

    Répondre

Laisser un commentaire