Audition programmatique #4 : Gratuité des transports en commun

Vers la gratuité de transports en commun à Besançon. Quatrième audition programmatique de Besançon verte et solidaire pour préparer les élections municipales de 2020.
Avec Michel Tournier, retraité de Transports en Commun de Besançon et syndicaliste CGT.
Présenté par Claire Arnoux et Jérome Scherer, tête de liste et candidat en seconde position sur la liste Besançon verte et solidaire.

https://soundcloud.com/besacvertesol/audition-programmatique-4-gratuite-des-transports-en-commun

1 réflexion au sujet de « Audition programmatique #4 : Gratuité des transports en commun »

  1. Excellent, cette discussion/plaidoyer sur les transports publics qui se conclut par la nécessité du retour en régie municipale des transports publics. Mais elle dit bien que cette gratuité doit s’accompagner d’un niveau de service élevé qui suppose une desserte correcte de tous les quartiers avec une fréquence adaptée aux besoins. Là où je suis, aucune ligne de bus ne passe par les rues qui bordent mon logement. Le 1er arrêt de bus est à 500m. Pour moi, ça va j’arrive encore à marcher mais un tout petit peu plus haut dans la rue vient de s’ouvrir une maison de retraite. Certes, elle est à haut standing, donc ses occupants doivent pouvoir se déplacer en taxi…
    Cette boutade pour dire qu’il faut compléter notre réflexion sur la gratuité par une réflexion sur le développement qualitatif et quantitatif des transports en commun…ce qui coûtera un peu plus cher. Cette réflexion nécessitera que dans les quartiers, les citoyens s’expriment pour dire les lignes dont ils ont besoin, à quels moments dans la journée, à quel cadencement. Ils ont dit très haut que la mise en service du tram s’était traduite par une dégradation quasi générale des dessertes en bus (moins de lignes et fréquences moins élevées), qu’ils disent maintenant ce qu’ils attendent d’un réseau de transport public gratuit.
    Répondre à ces demandes coûtera mais, comme l’a si bien dit Michel Tournier, merci à toi Michel, « de l’argent il y en a et le choix politique consiste à décider où on le met ».

    Répondre

Laisser un commentaire