Rencontre avec l’association Solidarité femmes

Jeudi 30 janvier nous avons rencontré l’association Solidarité Femmes dans leur locaux, rue des Roses à Palente. L’association qui compte 13 salariées (10 équivalents temps plein), nous a fait part de ses missions, de ses actions et aussi de ses besoins.

Pour bien comprendre le contexte, quelques chiffres nous sont transmis. En 2018, 621 femmes ont été reçues dont 215 ont été hébergées et 170 pour une première rencontre. Des chiffres en augmentation années après années notamment depuis #meetoo, avec des femmes qui osent davantage se confier sur les violences qu’elles subissent. 90% des victimes viennent du Grand Besançon et 60% de Besançon intramuros. Coté financier aujourd’hui la ville ne verse plus que 6900 euros par an à travers les contrats de villes et sur 3 axes bien précis.

Ses missions

Les différentes missions sont l’accueil téléphonique, la première rencontre et l’accueil de jour, l’hébergement et la réinsertion sociale, un accompagnement hors hébergement, des permanences décentralisées, la prévention des comportements sexistes, des actions de formation et de sensibilisation. L’accompagnement est identique que le besoin soit d’urgence ou non urgent, il est important d’avoir un accompagnement de qualité avec chaque femme. C’est un accompagnement global que ce soit dans les procédures, pour un retour aux droits, pour les visites médicales, pour la réinsertion, c’est aussi un lieu d’écoute. L’association dispose actuellement de 36 places d’hébergement dans 10 appartements de la ville, répartis dans différents quartiers, dont certains en collocation. Des permanences décentralisées ont lieu à Baume Les Dames, Valdahon, Pontarlier et Morteau. 3 jours par semaine, il y a un accueil sans rendez vous pour ce qui concerne les violences. Ensuite l’accompagnement se fait sur rendez vous. A partir de février, et pour 1 an il y aura une permanence 1 après midi par semaine au CHU.

Ses actions

Il y a des actions de prévention dans les collèges lycées, des stages d’auto défense et des actions collectives comme des ateliers cuisine, artistiques, des animations d’enfants, un vestiaire pour permettre aux femmes et enfants de trouver de quoi s’habiller, des sorties culturelles et touristiques, aide au déménagement, à l’aménagement d’appartement, atelier d’alphabétisation et de français.

Ses besoins

L’association a besoin de locaux plus grands pour continuer son travail d’accompagnement dans un lieu collectif sécurisé 24H/24. Il faut veiller à assurer la pérennité des ressources financières de l’association. Pour prolonger l’accompagnement des femmes, l’association demande également à réserver des places en priorité dans les crèches et cantines pour les enfants de femmes victimes de violences.

Le projet qu’aimerait voir l’association est une maison des femmes avec une micro crèche, qui permettrait d’une part une mutualisation des services et d’autre part un meilleur repérage pour les femmes.

Nos engagements

Nous mettrons en place une convention tri annuelle avec rediscution chaque année, afin de permettre à l’association d’avoir une visibilité plus sereine concernant le financement par la municipalité

Installation de la maison des femmes soit sur St Jacques, soit à la place de la médiathèque si celle ci rejoint la future grande bibliothèque

Recherche de solutions afin de réserver des places à la crèche et à la cantine pour les enfants.

Laisser un commentaire