Réponse à la Ligue des Droits de l’Homme de Besançon au sujet de l’arrêté anti-mendicité pris par la municipalité sortante

Bonjour,

Nous vous remercions de votre sollicitation et de l’intérêt que vous portez à ce dossier qui nous heurte et nous révolte. Nous sommes en total désaccord avec cet arrêté liberticide qui va à l’encontre des valeurs d’humanisme et de solidarité que notre liste porte et qui sont aussi celles de notre ville. Nombreux·ses sont les candidat·es sur notre liste ou parmi les signataires de notre appel citoyen, à s’être engagé·es dès le mois d’août 2018 dans la bataille contre cet arrêté. Nous dénonçons avec force, la majorité sortante et ses élu·es LREM/PS/EELV/PCF qui ont laissé passer cet arrêté de la honte.

Notre tête de liste, Claire Arnoux, a activement et directement participé à la mise en place du soulèvement populaire que cet épisode a suscité chez les bisontin·es autour du mot d’ordre « #je suis assis.es ». Nous avons été aux côtés des requérant·es du recours en urgence contre cet arrêté. Ce recours n’ayant pas donné satisfaction, nous sommes quelques-un·es, au sein de Besançon verte et solidaire, à s’être engagé·es dans un recours au fond devant le tribunal administratif en novembre 2018. Claire Arnoux, notre tête de liste, Séverine Véziès, troisième de liste et d’autres encore parmi Besançon verte et solidaire, font partie de ces citoyen·nes qui ont saisi la justice pour demander l’annulation de cet acte administratif. La date de l’audience n’est à ce jour toujours pas connue.

Nous tenons également à vous informer, qu’en avril 2019, alors que nous avions déjà alerté certains membres de la municipalité sortante (EELV/PCF) de nos démarches devant le juge administratif, la municipalité a réitéré en prenant un second arrêté du même type. Cette information découverte par voie de presse, plus de deux mois après sa signature, nous a privé de faire un nouveau recours.

Vous comprendrez donc bien, au regard de ces diverses informations que nous vous transmettons, qu’il n’y a aucun doute sur notre détermination à abroger le plus urgemment possible cet arrêté de la honte.

Nous restons à votre disposition pour de plus amples informations et vous assurons de nos sentiments les meilleurs.

Besançon verte et solidaire

Courrier de la LDH section de Besançon

Laisser un commentaire