Réponse au collectif « Art en grève » de Besançon

Le collectif bisontin « Art en grève » a sollicité Besançon verte et solidaire pour connaitre nos positions quant à notre politique municipale de soutien à la création artistique locale.

Nous les remercions pour leur investissement et leur contribution au débat public. Nous publions ici notre réponse à leur lettre ouverte :

« Les constats que vous nous adressez sont très proches de ceux dont nous sommes partis pour élaborer notre programme concernant l’art et la culture à Besançon. Nous partageons donc totalement vos inquiétudes quant à la fragilité de la création contemporaine locale et à la précarité grandissante à laquelle les artistes sont exposés.

Il est tout à fait vrai que si Besançon est bien dotée en institutions culturelles au vu de la taille de la ville, l’aide à la création locale demeure insuffisante, et souvent mal coordonnée. Elle passe trop souvent à côté de nombreux talents qui font pourtant la richesse artistique et culturelle de Besançon.
On souffre aussi d’une absence de politique culturelle claire et ambitieuse.

Nous voulons mettre l’accent sur l’émancipation sociale et l’accès à la culture pour tou·te·s en soutenant en priorité les propositions artistiques locales, et notamment celles qui font l’effort de renouveler le rapport aux publics populaires en s’inscrivant dans l’espace public et dans les lieux dits alternatifs.

Nous souhaitons donc sanctuariser tout de suite le budget de la culture pour prévenir toute nouvelle baisse, et nous donner l’objectif de l’augmenter au cours du mandat pour l’amener à un niveau comparable à ce qui se fait dans les villes de la taille de Besançon.
Nous augmenterons immédiatement la part du budget consacré directement à la création locale.

Voici une partie des mesures que nous voulons prendre en faveur du soutien à la création et qui nous paraissent répondre à vos questionnements :

  • Créer les lieux de taille intermédiaire qui manquent actuellement à Besançon pour la création et la diffusion des artistes locaux :
    – Théâtre / Danse / Arts vivants : une salle équipée pour les répétitions et l’accueil du public dans la grande halle de la friche artistique des Prés-de-Vaux et des studios de répétition rénovés.
    – Arts de la rue : une espace de création et d’expérimentation de plein air avec une « base arrière » couverte aux Près-de-Vaux.
    – Musique : une salle de concert d’environ 150 places équipée pour les musiques actuelles sur le futur site de Saint-Jacques.
    – Arts plastiques : une galerie avec un programme d’accrochage géré par un comité d’artistes locaux renouvelé chaque année.
  • Ouvrir la Friche artistique des Prés-de-Vaux à l’accueil du public. Confier la gestion aux artistes pour en faire un lieu plus dynamique et plus vivant. Garantir les moyens municipaux pour assurer la vie quotidienne du lieu (poste technique, aménagement des espaces communs).
  • Sécuriser le budget de la culture sur le mandat. Augmenter la part allouée directement à la création artistique sur le territoire.
  • Lutter contre la précarité des compagnies indépendantes en développant des conventions d’objectifs et de moyens sur au moins 3 ans. Sortir de la logique exclusive du financement au projet. Alléger les tâches administratives demandées aux associations culturelles
  • Travailler avec les institutions culturelles pour garantir aux artistes bisontins une diffusion à Besançon au moins comparable à leur niveau de diffusion hors du territoire de la commune.
  • Exercer une veille active sur la création locale pour accompagner les propositions innovantes. Partir de l’existant plutôt que de plaquer des politiques décidées « depuis le haut ». Donner aussi leur chance aux projets naissants.
  • Mettre à la disposition des organisateurs d’évènements (festivals, concerts…) du matériel municipal pour atteindre l’objectif « zéro déchet ».
  • Créer un conseil d’orientation des politiques culturelles municipales composé à parité d’artistes indépendants, de représentants des institutions et associations culturelles et de citoyens tirés au sort, renouvelé tous les ans.
  • Faire un audit des moyens, des conditions de travail et de création pour étudier les disparités existantes sur le territoire. Lutter contre « l’uberisation » de l’économie de la culture en allant vers plus égalité et d’équité dans l’attribution des moyens, en posant notamment la question de l’égalité salariale…
  • Donner des moyens pour développer les festivals et évènements qui renouvellent le lien entre le public populaire et les artistes de la région.
    Exemples : Du Bitume et des Plumes, Détonation, Circasismic…
  • Favoriser la mise à disposition des bâtiments vacants pour des projets d’urbanisme temporaire et d’occupation innovante de l’espace qui favorisent le lien social par l’installation d’artistes, artisans, associations culturelles et sociales en s’inspirant du succès d’Hôp hop hop sur le site de l’Arsenal. Garantir l’autogestion de ces lieux par leurs occupants.

Retrouvez toutes nos proposition concernant l’art et la culture sur la page de notre programme.

Vous pouvez aussi visionner l’audition programmatique « Culture et spectacle vivant »

Laisser un commentaire