Un alter-projet pour les Vaîtes : préservons les terres et le vivant pour l’avenir !

Cet article est issu de la réunion programmatique du 17 janvier sur les alter-projets de Besançon Verte et solidaire.
1. Introduction : population et logement à Besançon
2. Les Vaîtes, un grand projet inutile porté par la municipalité sortante
3. Notre alter-projet pour les Vaîtes

un petit bout des Vaîtes, vu depuis la rue Anne Frank

1. Introduction : population et logement à Besançon

La ville de Besançon voit sa population stagner depuis des années et son centre-ville perdre des habitant·es. Pourtant les grands projets immobiliers ne cessent de sortir de terre, la ville ayant même été pointée du doigt dans un reportage de France Television pour sa promotion immobilière délirante en 2014. En effet, la vacance de logements est en augmentation constante depuis des années : passée de 6,1 % en 2007 à 10,1 % en 2016 (derniers chiffres INSEE). Le centre ville de Besançon notamment connaît un taux de vacance élevé qui a augmenté de 40% entre 2010 et 2015.

Dans le même temps, la périurbanisation progresse, avec son cortège de perte de foncier agricole, circulation automobile et engorgement des voiries d’entrées de ville, et donc de la pollution.

Pour produire une nouvelle urbanité et un mieux vivre ensemble, une nouvelle politique d’urbanisme est nécessaire. La politique des grands projets menée par le maire Jean-Louis Fousseret et son adjoint Nicolas Bodin a fait la démonstration de son échec. Nous proposons de refaire la ville sur la ville.

Concrètement, nous arrêterons les opérations publiques ou privées en cours ou projetées d’urbanisme commercial, nous engagerons la réhabilitation des logements sociaux, et nous prioriserons des constructions écologiques sur les friches urbaines actuelles ou en devenir, comme par exemple : le secteur des 408, les terrains militaires à l’abandon rues de Dole et avenue Villarceau, l’ancien site des pompiers à Canot, le secteur universitaire place Leclerc, etc.

travaux aux Vaîtes, février 2019

2. Les Vaîtes, un grand projet inutile porté par la municipalité sortante

La lutte engagée aux Vaîtes est un exemple concret du refus de la «bétonnisation».

Il s’agit d’un quartier de 34 ha sur lequel la mairie projette de construire 1800 logements, dont 1150 sur les 23 ha de la première phase d’urbanisation – nommés « écoquartier ».

Ce bétonnage massif entraînera sur la première phase la destruction de 15 ha d’espaces naturels et d’habitat d’espèces protégées – d’où l’avis défavorable rendu par le Conseil National de Protection de la Nature et la suspension des travaux ordonnée par le Tribunal Administratif de Besançon suite à un recours porté par les associations Jardins des Vaîtes et FNE 25-90.

Les opposant·es à ce projet, inscrit sur la carte de Reporterre des Grands projets inutiles, refusent la destruction des jardins populaires, des terres arables, des espaces naturels, de la faune et de la flore, dont plusieurs espèces protégées.

A ce jour, seule la liste Besançon Verte et Solidaire affirme de manière claire et nette son refus de bétonner les terres arables et espaces naturels des Vaîtes.

jeune pêcher de vigne aux Vaîtes

3. Notre alter-projet pour les Vaîtes

Préserver et développer l’existant !

Nous maintiendrons l’activité maraîchère et la développerons, en régie direct quand cela s’y prête.
Les terres arables et les serres près du chemin de Brulefoin seront préservées. Nous installerons un·e nouveau maraîchèr·e sur les terres actuellement promises au promoteur Icade. Les activités horticoles seront accompagnées pour une transition vers le bio. Par ailleurs, un arrêté anti-pesticides chimique sera pris sur le territoire de la commune.
Nous installerons une conserverie municipale en SCIC pour la transformation de légumes sur un espace déjà artificialisé.

Nous préserverons les jardins populaires. Les jardins cultivés aux Vaîtes ont un recrutement très populaire et intergénérationel. Nous souhaitons garder cette particularité et confier à une association de jardinières des Vaîtes la gestion des jardins (attribution des parcelles, gestion des déchets, matériel commun). Nous installerons une Maison des Jardiniers à la place de la Maison du Projet qui a été incendiée, avec une mise à disposition de gros matériel (dont un broyeur de végétaux BRF). Nous travaillerons avec les jardinièr·es qui habitent aux Vaîtes, mais aussi souvent à Clairs-Soleils ou à Palente pour développer le compostage dans leurs quartiers d’habitation.

Les espaces naturels et zones humides (nombreuses mares et petits points d’eau abritant des espèces protégées) seront sauvegardés et les réhabilités.

Faire des Vaîtes un espace de promenade et de nature pour tou·te·s les Bisontin·es !

Nous ouvrirons ce quartier et ces espaces naturels à l’ensemble des Bisontin·es en créant des chemins de promenade (pontons bois) qui permettront de circuler entre les jardins et les espaces naturels sans gêner ni les activités des jardiniers et leurs travaux, sans abîmer les jardins et sans perturber la faune et la flore. Les pontons bois permettront également une promenade accessible aux personnes à mobilité réduite.

Ces chemins formeront un sentier pédagogique sur le jardinage et la faune/flore présente aux Vaîtes. Nous travaillerons en lien avec les associations Jardins des Vaîtes, la LPO et FNE 25-90 qui sont investies pour la défense de ce lieu.

Nous créerons une activité de jardinage en bacs surélevés, notamment là où les travaux on déjà impacté la terre. Ces bacs permettront une pratique du jardinage pour des personnes à mobilité réduite dans un cadre naturel, et un travail pourra être mené avec l’Ephad voisin pour permettre une activité jardinage à nos aîné·es.

Toujours là où la terre arable a été enlevée ou abîmée, nous installerons des zones de pique-nique sur des espaces renaturés.

A la place de la giga-école, prévue par l’équipe sortante, qui doit empiéter sur une exploitation maraîchère, nous installerons une « école du jardin planétaire », qui ne prendra pas sur les terres arables. Cette école sera un lieu de formation pour enfants et adultes à la faune et la flore, un lieu d’expérimentation à une agriculture adaptée au réchauffement climatique et accueillera des classes vertes. Le « Jardin Planétaire » est un concept forgé par Gilles Clément.

En parallèle l’école Tristan Bernard sera réhabilitée, et une classe à horaires aménagées « jardins/nature » en lien avec les Vaîtes y sera installée, avec un véritable enseignement de qualité pour les enfants, sur le modèle des classes à horaires aménagées musique.

1 réflexion au sujet de “Un alter-projet pour les Vaîtes : préservons les terres et le vivant pour l’avenir !”

Laisser un commentaire